C dans l'air - Violences, émeutes... la grande fracture américaine

Cette semaine, les États-Unis se sont embrasés. Lundi, George Floyd, un afro-américain de 46 ans est mort suite à son arrestation par la police, qui le soupçonnait de vouloir écouler un faux billet de 20 dollars. Une vidéo de son arrestation montre un des policiers, Derek Chauvin, le maintenir au sol en appuyant son genou sur son cou. “Je ne peux pas respirer”, répète George Floyd dans cette position, en vain. La nouvelle du meurtre de George Floyd, puis la publication de la vidéo de son arrestation, ont provoqué énormément d'émotions et de colère chez beaucoup d'Américains. Des manifestations, parfois pacifiques, parfois plus violentes, se sont multipliées dans les jours qui ont suivis. A Minneapolis, dans la nuit de jeudi à vendredi, des émeutes ont éclaté et au cours de celles-ci, un groupe a brisé les vitres et incendié un des commissariats de la ville, qui avait été précédemment évacué. Le lendemain, la nouvelle, tant attendue par les manifestants, de l'arrestation du policier Derek Chauvin est enfin arrivée. Le policier a été inculpé de meurtre au troisième degré et d'homicide involontaire. Au Minnesota, le policier risque 25 ans de prison pour le premier chef d'accusation. En dix-neuf ans de service, le policier avait fait l'objet de 18 plaintes… Suite à cette inculpation du policier, la famille de George Floyd a parlé d'une “nécessaire mais tardive sur le chemin de la justice”.Dans la nuit de jeudi à vendredi, Donald Trump a de son côté réagi aux émeutes avec un tweet qui a fait naître une nouvelle polémique : “Quand les pillages commencent, les tirs commencent” (“when the looting starts, the shooting starts”, en version originale). Twitter a décidé de limiter la visibilité de ce tweet et d'enlever la possibilité pour les utilisateurs de le partager ou d'y répondre. “Ce tweet est contraire à nos règles sur l'apologie de la violence”, a expliqué Twitter, “il porte le risque qu'il puisse inspirer d'autres actions violentes”. En parallèle de sa querelle avec le réseau social, Donald Trump continue de s'en prendre à son ennemi favori : la Chine. Lors d'une conférence de presse organisée hier dans les jardins de la Maison Blanche, le président américain a annoncé qu'il demandait à son gouvernement “de lancer le processus d'élimination des exemptions qui accordent à Hong Kong un statut spécial”.La Chine n'a selon lui “pas tenu sa parole donnée au monde d'assurer l'autonomie de Hong-Kong”. Au cours de la même conférence de presse, Donald Trump a annoncé qu'il sortait les États-Unis de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). “Parce qu'ils ont échoué à faire les réformes nécessaires et requises, nous allons mettre fin aujourd'hui à notre relation avec l'OMS et rediriger ces fonds vers d'autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent”, a déclaré le président américain. Quelles peuvent être les conséquences d'un retrait des États-Unis de l'OMS ? A quoi joue Donald Trump avec la Chine ? Toujours lourdement touché par le coronavirus, le pays est-il au bord de la rupture sociale ? Comment éviter qu'un drame comme le meurtre de Georges Floyd se reproduise ? Invités :- Corentin Sellin, historien spécialiste des États-Unis- Anne-Lorraine Bujon, directrice de la rédaction de la revue Esprit et chercheure associée à l'IFRI- Nicole Bacharan, politologue et historienne spécialiste des Etats-Unis- Célia Belin, chercheure à la Brookings Institution
Le replay C dans l'air - Violences, émeutes... la grande fracture américaine est proposé en streaming gratuit pendant quelques jours après sa diffusion sur France 5.
Popularité: 2/530 mai 2020Durée: 65mnReplay France 5Emissions
Emission: C dans l'air
Replay C dans l'air - Violences, émeutes... la grande fracture américainePlay