Dérapages (6/6)

Un cadre usé par le chômage part en guerre contre le système qui l'a trahi... Dernier épisode de ce thriller haletant adapté du roman "Cadres noirs" de Pierre Lemaitre. Le procès commence mal. Alain est décrit par les experts comme un être froid et manipulateur... Le procès commence mal. Alain est décrit par les experts comme un être froid et manipulateur. Au fil des témoignages des cadres d'Exxya, le vent tourne pourtant à son avantage. Tous font leur mea-culpa : Alain Delambre n'est pas un coupable, mais une victime. Le mystérieux accord apparaît clair : Alain devra rendre les 22 millions en échange de leur témoignage en sa faveur ! La plaidoirie inspirée de Lucie bouleverse l'assemblée. Alain est libre. À sa sortie de prison, son ami Charles l'attend, tout comme Fontana. Ce dernier donne deux heures à Alain pour virer l'argent sur le compte d'Exxya. Et il ne plaisante pas : il détient en otage la femme d'Alain, Nicole, et n'hésitera pas à la tuer. Si près du but, Alain ne s'avoue pas vaincu et abat sa dernière carte… Humour du désespoir À l'origine de cette série ambitieuse, il y a d'abord l'écriture experte et incisive de Pierre Lemaitre (prix Goncourt pour Au revoir là-haut), qui signe, avec la scénariste Perrine Margaine, l'adaptation de son roman Cadres noirs. Résultat : un thriller à teneur sociale non dénué d'humour noir, qui nous plonge dans la tête d'Alain Delambre, antihéros aussi ambigu que sympathique. Poussé à bout par six années de chômage, cet homme ordinaire va répondre à l'humiliation d'une manière toute personnelle. Le récit, haletant, se fait tour à tour pamphlet, polar, feuilleton judiciaire et drame familial. Dans ce rôle d'homme en colère qui déborde du cadre, Éric Cantona se révèle impressionnant. Son dérapage à moitié contrôlé se nourrit d'une énergie du désespoir qui n'exclut pas l'autodérision. Tout en tension, mouvement et lignes de fuite, la mise en scène de Ziad Doueiri (L'insulte, Baron noir) emboîte le pas au personnage. Une galerie de seconds rôles bien croqués complète ce tableau noir et réjouissant : Alex Lutz à contre-emploi, Suzanne Clément en épouse pas si dépassée, Alice de Lencquesaing en fille courage embarquée dans la bataille, sans oublier Gustave Kervern, parfait en compagnon de galère drôle et philosophe.
Le replay Dérapages (6/6) est proposé en streaming gratuit pendant quelques jours après sa diffusion sur Arte.

Cette vidéo était visible en replay jusqu'au 12 juin 2020

Popularité: 2/516 avril 2020Durée: 58mnReplay ArteSéries
Emission: Dérapages
Replay Dérapages (6/6)
Donner votre avis